Lucie Froment – Retour à soi : Un chemin balisé en 5 étapes

 

Comment vivre un retour à soi ?

 

Il arrive des moments dans la vie où l’on se sent perdu(e), dans le flou, incertain(e). On ne sait plus bien qui on est et ce que l’on veut.

La vie nous invite dans ces moments là à un véritable retour à soi. 

Oui mais comment faire ? Par où commencer ?

En tant que psychologue, je vous propose dans cet article un chemin balisé en 5 étapes pour vous retrouver dans votre authenticité.

Partez dès maintenant en voyage à la découverte de vous-même !

  1.     Retour à soi par un retour au corps :

 

             Dans ces périodes de vie, le mental y va bon train ! Il ne faut pas lui en vouloir, après tout c’est son rôle à lui : trouver des solutions. Alors il va ressasser ce qui ne va pas, se poser plein de questions, et envisager tout et son contraire pour essayer de résoudre le problème.

Malheureusement il fait bien souvent pire que mieux.

             La première étape pour un retour à soi est donc de redescendre dans votre corps et d’écouter votre corps. Descendre de la tête au ventre. Des pensées aux tripes. De la réflexion aux sensations. Écoutez et accueillez tous vos ressentis corporels. Les tensions, les douleurs, les petits désagréments, le cœur qui bat plus vite, les mains qui picotent, les frissons…

             Bienvenue aux émotions, agréables comme désagréables ! Car chaque émotion a son sens. Elles veulent se faire entendre et vous délivrer leur message pour vous guider vers ce qui est bon pour vous. Alors ne les chassez pas, n’essayez pas de les « gérer », mais au contraire vivez les pleinement !

  1.             Ce qui entrave le retour à soi : quelle est ma blessure profonde ? De quoi j’ai peur ?

 

             Pour continuer ce chemin vers le retour à soi, observez vos mécanismes de défense. Un grand nombre des réactions du quotidien sont inconsciemment influencées par une ou plusieurs blessures inconscientes. On parle des cinq grandes blessures : Abandon, Rejet, Injustice, Trahison, Humiliation. 

             A la blessure est associée une peur. Demandez-vous : « de quoi j’ai peur ? » De vous retrouver seul(e) ? De ne pas être aimé pour qui vous êtes ? D’être trahi(e) ? …etc

             Aller reconnaître, voir, et accueillir cette blessure et cette peur est une grande étape pour quitter l’automatisme de réaction. Car quand elles restent inconscientes, on risque de « réagir » à l’environnement de manière automatique, comme quand on vient appuyer sur une plaie non cicatrisée.

             Au contraire quand on la voit et qu’on la connaît bien, on peut l’apprivoiser et décider « d’agir » en conscience et donc différemment. Voir ses croyances limitantes en lien avec sa peur profonde, c’est se donner l’opportunité de créer de nouvelles façons de penser.

  1.             Ce qui aide le retour à soi : de quoi j’ai envie ?

 

             Pour cette troisième étape de ce cheminement au retour à soi : ralentissez et faites le silence afin d’écouter votre voix intérieure, la voix de votre âme. Quelles sont vos besoins ? Quelles sont vos valeurs ? Quelles sont vos « en-vies » ?

             Cette étape ne peut se faire qu’avec l’aide des étapes 1 et 2. En effet, si vous vous posez cette question d’emblée, le risque est que les réponses viennent de votre mental, de votre éducation, de l’avis de vos proches… En ayant en tête vos peurs profondes, et en revenant sans cesse aux sensations du corps, cela vous permettra de moins vous égarer sur le chemin du retour à soi.

             L’idée ici est de vous reconnecter à votre cœur. Le corps ne ment pas. Vous pouvez faire confiance aux réactions spontanées de votre cœur et aux sensations dans votre corps pour vous indiquer ce qui vous fait profondément du bien, ce qui vous fait vibrer.

  1.             Le retour à soi c’est agir pour soi au quotidien :

 

             Le retour à soi c’est se remettre soi-même au centre de sa propre vie. Ne plus faire passer les autres avant soi. Vous êtes la personne la plus importante de votre vie. Posez des actions concrètes, au quotidien, pour vous réaffirmer cet engagement d’amour envers vous-même.

             Être sainement égoïste c’est remplir en priorité ses propres besoins pour ensuite seulement penser aux autres. Posez-vous la question quand vous souhaitez aider les autres : y-a-t-il derrière cet élan la recherche de sauver l’autre, le besoin de vous sentir utile à tout prix, l’envie de vous sentir aimé pour ce que vous faites… ? Dans ce cas revenez à vous et apportez-vous cette attention à vous-même. Il faut s’aimer soi-même avant de pouvoir aimer les autres.

             Ayez en tête qu’en étant pleinement vous-même, vous serez plein(e) de joie, vous rayonnerez et aurez un impact sur les autres. Vous pouvez devenir un exemple et donner envie aux autres de prendre leur vie en main et de s’engager à leur tour sur le chemin du retour à soi. C’est donc indirectement aider les autres que de s’aider soi-même !

             Penser à soi c’est prendre soin de soi concrètement tous les jours, dans des petites ou grandes actions. Un bain apaisant, une balade en forêt ressourçante, une tasse de tisane réconfortante, un auto-massage délassant, un voyage qui fait rêver… A chacun ses petits et grands trucs 😉

  1.             Retour à soi avec l’autre : vers des relations authentiques :

 

             Dernière étape de notre avancée vers le retour à soi : la relation avec l’autre de manière authentique. Se sentir plus proche de soi-même, c’est aussi entrer en relation avec les autres différemment. C’est ne plus avoir peur de ne pas être d’accord avec les autres, c’est oser dire non, c’est afficher clairement (mais sans violence) ses besoins fondamentaux.

             C’est savoir exprimer ses émotions, être authentique, transparent. Ne pas avoir à se protéger de l’autre, mais au contraire entrer en relation avec sa propre vulnérabilité, ses blessures, les parties de soi dont on est fier et celles qu’on aime un peu moins mais qui font tout autant partie de soi.

             La communication non violente est un très bon outil. A appliquer d’abord envers soi-même : être bienveillant et plein de compassion envers soi de ne pas toujours réussir à être authentique dans la relation avec l’autre.

  1.             Se faire accompagner en psychologie pour un retour à soi plus serein :

 

             Il n’est pas toujours facile de commencer ce voyage intérieur du retour à soi authentique. Peut-être avez-vous passé des années et des années à écouter votre mental, à écouter les autres, à suivre « les règles » de la société ou de votre éducation, au détriment de ce que votre cœur vous murmurait chaque jour…

             Ne soyez pas trop dur avec vous-même. Vous avez toujours fait de votre mieux, et il n’est jamais trop tard pour se recentrer sur soi.

             Pour autant cela peut vous faire peur d’aller écouter votre corps, de laisser vos émotions s’exprimer (elles qui tapent peut-être violemment à la porte depuis si longtemps), d’aller faire face à vos peurs les plus profondes, de vous autoriser à verbaliser vos envies les plus folles, de prendre soin de vous sans culpabiliser (peut-être jugez-vous cela égoïste), enfin d’oser dire et montrer aux autres qui vous êtes vraiment sous vos masques d’apparence.

 

             C’est pourquoi entreprendre cette démarche auprès d’un psychologue peut être rassurant.

 

             Le retour à soi, j’en ai fait le pilier central de ma pratique. Que ce soit lors de séance en psychologie, ou avec l’aide complémentaire de soin énergétique (Trame), je saurai vous guider, à votre rythme, dans l’exploration de vos zones d’ombres pour y mettre plus de conscience, de lumière, et d’amour. De séance en séance le brouillard se dissipe et vous vous révélez à vous-même.

 

             « Je rêve que chacun puisse prendre la mesure de ses talents et la responsabilité de son bonheur. Car il n’est rien de plus important que de vivre à la hauteur de ses rêves d’enfants. » (Raphaëlle Giordano – « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une »)

 

Lucie FROMENT

06.75.20.99.37

lucie.froment@yahoo.com

www.lucie-froment.com