Cédric Kromski – Vaincre son anxiété par la psychothérapie

 

Vaincre mon anxiété par la psychothérapie « mes premiers pas »

 

  1. Comprendre la situation vécue par le sujet
  2. Apporter une présence sécurisée et empathique
  3. Analyser les émotions intenses
  4. Détecter les modes de pensées et les idées parasites
  5. Repenser la situation
  6. Développer les ressources personnelles pour agir (la résilience)

 

 

 

« 14h00, je patiente dans la salle d’attente. Le psychologue se présente, il m’invite à passer le pas-de-porte du cabinet ; je m’assoie dans le fauteuil ajusté d’un tissu noir et blanc. Je regarde autour de moi ; le bureau m’inspire ; je m’apaise.

Je m’interroge – Comment annoncer ma difficulté ? Est-elle justifiée ?  – Je suis là, mes idées vagabondent – comment va-t-il m’aider ? Par quoi commencer ? »

 

 

 

Vaincre son anxiété évoque une démarche courageuse et enrichissante. Courageuse par l’appel aux émotions proposées par ce travail, enrichissante par l’introspection et la découverte de soi.

Le travail se découle simplement, sans jugement. Nous évoquons les émotions ressenties : vous déposez vos sentiments – un apaisement s’invite à vous –

Le cadre est rassurant, empathique. Je m’assure de bien comprendre vos pensées. L’évocation des émotions dévoile les liens associés. Les échanges apportent son lot d’informations attachées à l’anxiété : nébuleuses dans un premier temps, les causes se clarifient. La pensée se développe ; l’anxiété s’explique.

Vous conscientisez la situation. La structure schématique de certaines pensées parasites se dessine. Votre psyché – le cerveau- découvre l’origine de votre anxiété – il est prêt à agir.

De cette nouvelle situation, émerge une approche transformée : votre réflexion évolue. Nous tamisons les nouvelles ressources évoquées. Le contexte offre la possibilité de tester, d’analyser, de repensez la situation. Notre objectif approche : vaincre l’anxiété.

Les premières tentatives surviennent, les premiers succès se révèlent. Les zones de tension sont débattues. Les nouvelles ressources se mobilisent ; l’anxiété se maitrise.

Le travail centré sur les émotions apporte une connaissance de soi. Vous comprenez vos pensées automatiques, vous y faites face et agissez en conséquence.   Pour reprendre la formule de Bakhtine selon laquelle « Le dernier mot n’est jamais dit », ce travail dresse vos schémas de pensées et vous initie aux stratégies de défense personnalisées – vous développez une résilience évolutive.

Le travail terminé, je suis heureux d’avoir contribué à l’émergence de vos ressources enfouies jusque-là…

 

Cédric KROMSKI, Psychologue

06 86 50 08 62

Laisser un commentaire